En mai, fais ce qu’il te plaît.

Cet après-midi était menacé par les cumulonimbus à l’affût : surgissant de la forêt de Mercoire, ils atteignent notre plateau de plein fouet et douchent copieusement le terrain et ses occupants. Pourtant, dès la moindre accalmie, une troupe aussi vaillante qu’hétéroclite, réunissant membres, conjoints et sympathisants, qui à pied, qui monté sur la remorque, le tracteur ou le camion, se rue sur les abords de la piste, évacue mottes et cailloux, dégage branches et ramages, charge et transporte billots et bûches, fait tant et si bien qu’à la fin, l’aérodrome se trouva quasiment débarrassé de tous ces encombrants obstacles.

  

Et, saluant enfin l’obstination admirable de ces cœurs vaillants, le ciel leur offrit une belle éclaircie, qui leur permit de s’envoler dans l’air magnifiquement nettoyé de cette soirée de mai.

 

1 thought on “En mai, fais ce qu’il te plaît.”

  1. Oui, puis je me suis fait électrocuter par l’orage, et ô désespoir, la livebox aussi. Comme c’est toujours les meilleurs qui s’en vont, la boite noire est partie rejoindre le paradis des électrons (enfin) libres !

Laisser un commentaire