Vous avez vécu trop longtemps dans le mensonge !

On vous a menti !

Et oui, je sais, vous vous sentez trahis, surtout que ce mensonge, que dis-je cette kabbale remonte à des temps immémoriaux, cette conspiration n’a que trop duré, maintenant je ne peux plus retenir ce secret : le Père Noël existe bien et il habite à Saugues en Auvergne !

Non, que nenni, aucunement besoin de vous lever et en guise de protestation m’accuser de manipulation ou autre argument fallacieux ! J’ai des preuves, tangibles et encore mieux, des photos, des vidéos de ce que j’avance ! C’est vous, pauvres brebis égarées par cette nauséabonde propagande mercantile finnoise qui pensez à tort qu’il habite en Finlande, à Rovaniemi proche du cercle polaire arctique.

Je sais, la vérité n’est pas simple à entendre. Je le constate comme vous, un pan entier de votre enfance et une bonne partie des bases de votre être sont en train d’être ébranlé par cette révélation…

Mais malheureusement, en tant que simple élève-pilote ayant vécu ces événements, mon devoir moral m’impose de faire la lumière sur ce mensonge millénaire et de la partager avec vous.

Je vais essayer de surmonter cette émotion qui encore aujourd’hui m’étreint… Voici mon témoignage.

Le 22 Décembre 2019, Paco, Marguerite et votre narrateur étions paisiblement en train de nous affairer à quelques rangements, nettoyages usuels et entretiens sur cette belle plate-forme aéronautique qu’est l’aéroclub de Langogne-Lesperon. Au beau milieu d’une réparation sur le Tetras 80ch, une sombre histoire de réserve de noisettes qu’un écureuil aurait mis en place au centre du fuselage et de ficelle à rôtis en guise de renforcement des commandes, le téléphone de notre chef-pilote se met à sonner. Aucun numéro identifié n’apparaît sur l’écran du dit appareil. Paco décide de tout de même décrocher.

Une voix semblant âgée et rassurante lui explique que son traîneau ayant un problème sur le train rentrant droit et de surcroît que deux des ses meilleurs rennes ayant pris leur RTT, ce dernier est dans l’incapacité de terminer ses préparatifs de Noël. Son appareil amputé de ses deux meilleurs rennes, ce dernier passe d’une puissance de 80 à 68 rennes (ndlr : la puissance de cette machine s’exprime en rennes et non en chevaux… C’est comme ça!). Le Père Noël explique dans quel désarroi le voici plongé, à la veille de cette fatidique date qu’est la Nativité. Ce dernier doit alors trouver un moyen alternatif afin de pouvoir récupérer tous les jolis joujous-que-l’on voit-en-rêves-et-qu’on-lui-a-commandé, notamment en allant voir ses divers ateliers tenus par ses petits et jeunes lutins magiques, entre Shenzhen et Beijing (mondialisation et économies d’échelles obligent).

N’écoutant alors que son courage et sa bonté, Paco lui propose son aide dans cette quête. Notre chef pilote ayant reçu l’approbation du vieux barbu raccroche et s’empresse de faire le plein du vaillant destrier des airs qu’est le Tetras 80ch, alias Le Petit Jaune (aucun rapport avec une quelconque boisson), et lance la machine du premier coup de moulinet. A peine quelques minutes passées, le voici décollant en 22 en sortie pour la direction de Saugues, adresse confidentielle lui à secrètement révélé le Père Noël.

Marguerite et moi, dans l’incompréhension continuons, interloqués, nos tâches du jour.

Au bout d’une bonne demi-heure, dans un sifflement étourdissant, nous découvrons de nos yeux grands ouverts, au cours de plusieurs passages à basse altitude, aux côtés de Paco…. Le Père Noël !

 

Et miracle des miracles, ce dernier nous regarde et nous lance à chaque passage de grandes salutations chaleureuses.

Qu’il est beau, avec sa grande et épaisse barbe blanche, paré tout de rouge satiné. Quelle exaltation que de voir en personne cet homme si mystérieux et si généreux (sauf pour les impôts et la taxe foncière… Je n’ai encore jamais eu d’exonération grâce au vieux barbu, mais bon, bref passons! Pas si généreux que ça l’ancien… Des paires de chaussettes : oui, un pull tout moche qui gratte : oui, un peu d’abattement fiscal : change de crémerie, va plutôt tenter ta chance en cramant quelques cierges pascal auprès de la Sainte Rita et ses causes perdues, bref ! Je reste calme !)

A l’issue de ces diverses salutations à basse altitude, notre VHF nous laisse entendre cette voix si célèbre, au travers de ce message unique « Oh, oh, oh ! Papa Novembre en final pour un complet, finale courte en 18, ça souffle, on se fait secouer comme des pruniers, oh, oh, oh !».

Après quelques coups de manches et de palonniers salvateurs, voici l’aéronef bravant les obstacles de mère nature, qui malgré son déchaînement de brises et petites tornades impétueuses, ne réussit pas à vaincre notre valeureux équipage. Un peu à gauche, un peu plus haut, moins de gaz, et hop ! Les voici posés !

Après l’arrêt du moteur, tels Nicolas et Pimprenelle, nous voici à courir à la rencontre du vieux monsieur pour l’accueillir et lui offrir toute notre aide afin de descendre de l’avion.

Après quelques échanges courtois, celui-ci sort de sa hotte magique quelques friandises. Panettone, papillotes, vin chaud et autres brioches dégustées au coin du feu ont rapporté un peu plus de chaleur dans nos cœur, en cette période d’hiver.

Après ce banquet auquel d’autres membres de aéro-club ont assisté, nous avons dû laisser le Père Noël nous saluer, car cet atterrissage sur notre aérodrome n’était que l’étape intermédiaire de son grand périple.

Alors à regrets et à chaudes larmes, nous avons raccompagné sur le tarmac notre invité du jour et assisté à la mise en route du moteur, à l’alignement puis à son décollage, jusqu’à la disparition graduelle du profil de son appareil dans le lointain, tel un bolide astronomique effleurant notre fine atmosphère le temps de se consumer avant de s’effacer définitivement dans l’horizon.

Voila, aujourd’hui, je suis enfin délivré de ce lourd secret, vous aussi, connaissez cette vérité. Aux dernières nouvelles, notre Tetras nous a bien été retourné, en parfait état et avec le plein, dormant bien au chaud dans son hangar !

 


Quel dommage, que notre Président Bénilde n’ait pas pu être là pour assister à cet événement extraordinaire. Tiens ! Maintenant que j’y pense… Il n’a pas ses origines dans le coin de Saugues le Président ? OH MON DIEU, mais alors….!!!

Oh ! Oh ! Oh ! Joyeux Noël ! Et n’oubliez pas de renouveler vos cotisations, sinon mon cousin Jean-Balthazar va venir directement chez vous pour arranger cela, et ce ne sera pas la même histoire !

FX et Marguerite

SFX

Elève-Pilote

More Posts

4 thoughts on “Vous avez vécu trop longtemps dans le mensonge !”

  1. Bravo FX pour ta belle rédaction ! Moment très sympa (et vent de sud) que je te remercie de nous faire partager à nous les lointains ! Les yeux rieurs de Bénilde l’auraient trahi si tu n’avais pas vendu la mèche 🙂

    Bonne fin d’année à tous et à bientôt.
    Gaétan

    P.S. Jette-moi aux pieds de Marguerite bien sûr.

    1. Bonjour Gaétan ! Merci pour ton gentil retour ! Je vois ta bonne perspicacité. 🙂

      Passe d’excellentes fêtes. Et au plaisir de te recroiser aux beaux jours (et si possible, sans grisaille ou semaine de pluie pour toi).

      Je passe ton bonjour à Madame.

Laisser un commentaire